Les mots d’avent

~ 02 décembre 2018

I’ve a dream. J’ai rêvé que demain, l’an prochain, ou dans un temps un peu plus lointain, tous les enfants, tous les adultes du monde entier, recevront chacun une hotte magique à mettre sur leur poitrine, au niveau du cœur. Ainsi ils pourront y piocher des mots doux et chauds comme : « tu es quelqu’un de bien » ou « je t’apprécie comme tu es » ou bien encore « je sais que tu as du talent », et chaque fois qu’ils les remettront à d’autres enfants, d’autres adultes, leur hotte magique se remplira. Plus ils distribueront des mots doux, plus ils en recevront. Quand une hotte débordera, il suffira d’envoyer des mots doux et chauds à toutes les personnes rencontrées régulièrement dans la rue, dans le métro, à l’école, dans le temple et partout ailleurs, toutes les personnes qui le méritent bien et qui en ont bien besoin.

Alors les mots durs et secs commenceront à s’évaporer, les mots-dits et les non-dits, les mots comme « peut mieux faire ! », « tous pareils ! », « tu n’y arriveras jamais !», « pour une fois tu n’as pas fait de bêtise !». Parfois ces mots transpercent celui qui les entend et les idées saignent. Pire encore sont les moments ou les mots durs et secs pleuvent sur les têtes ; il faut mettre des casques qui résonnent dans la nuit, jusqu’à devenir sourd. Et là, plus rien. On est seul dans le gris, plus personne ne te reconnaît, plus personne pour te tendre la main, pour te regarder, pour te sourire, il vaudrait mieux mourir.

Heureusement Jésus vient, le cauchemar s’éteint et mon rêve devient réalité après qu’il a dit et fait : « En vérité, je vous le dis, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant, n’y entrera point. Puis il les embrassa et les bénit, en leur imposant les mains » Marc 10-15/16.

Par ces quelques lignes j’invite le lecteur à distribuer des signes de reconnaissance positifs à tous ceux qui leur sont proches, afin qu’ils s’envolent pour mieux respirer le parfum du bonheur. Un jour un enfant très timide rencontra dans une fête foraine un autre enfant, handicapé, qui n’arrivait pas à pécher un petit cadeau dans un bac de sciure. Il s’approcha, prit la main du malheureux et tous les deux accrochèrent le cadeau. L’un des enfants oublia son handicap pour un moment, et l’autre enfant, timide, reprit très vite son chemin. Sa maman qui l’avait observé lui dit le matin suivant : « Tu sais Adam, hier je t’ai regardé aider un enfant handicapé, je tiens à te dire comme  je suis fière de toi, tu es un grand garçon ». L’enfant venait de recevoir sa hotte magique qu’il plaça sur son cœur pour toujours.

Pour aller plus loin je vous invite à lire le conte Chaud et doux des chaudoudoux, de Claude Steiner, InterEdition.

 Alain Gilles

Vous etes ici: Accueil » Eglise protestante unie de Champigny » Articles divers » Les mots d’avent
snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake