Notre fête de Noël

~ 31 décembre 2018

C’était la première fête dans nos nouveaux locaux…

Certes il y avait déjà eu l’inauguration, le 2 décembre. Mais nous étions alors occupés à bien accueillir nos invités venus d’autres paroisses, d’autres religions, d’autres horizons.

Certes notre tradition réformée nous appelle à nous détacher de toute idée de lieu sacré. Mais nous savons l’importance d’un lieu communautaire, pour accueillir, pour se sentir bien ensemble, pour développer des racines indispensables à nos branches et bourgeons.

Alors, oui, cette première fête de Noël, dans notre lieu « d’exil » était importante pour toute la communauté.

Et ce fut un temps de grâce, aux multiples facettes.

La grâce des chants. Ceux qui nous bercent de Noël en Noël : Mon beau sapin, O peuple fidèle, Les anges dans nos campagnes… Ceux entonnés a capela par Serge Felix, nous plongeant dans la profondeur des spirituals et mettant dans nos corps les rythmes de la fête.

La grâce des saynètes jouées par les enfants de l’école biblique, sous la direction d’Alain Gilles et avec l’aide des parents. Histoire de la naissance d’un peuple autour de la figure de Moïse, pour faire écho à la naissance de Noël. Nous avons souri à un petit Moïse sauvé des eaux, tremblé à la voix autoritaire d’un pharaon intraitable, joué à la Mer Rouge se refermant sur les soldats, médité face à un buisson ardent vivant et superbement décoré.

La grâce de la Parole, surtout. Naissance de Jésus, au chapitre 2 de l’Evangile de Matthieu. « Il sera appelé Nazaréen » (v.23), celui venu dans le dépouillement en cette nuit de Noël. Pour chacun d’entre nous, pour nous collectivement et pour que nous nous rassemblions en son nom. Au-delà de la naissance, ce fut le rappel d’une quête, celle de ces « mages » venus d’Orient, venus adorer un petit enfant. Chacun a pu se sentir emporté par ces lignes, projeté sur les chemins de Judée, attiré par une force qui emporte tout…

Oui, ce fut une belle fête, merci à tous ceux qui l’ont préparé. Et ceux d’entre nous qui ont pu rester pour se régaler des plats concoctés par les uns et les autres ne l’ont pas regretté ! Ni ceux qui se sont passionnés pour le loto organisé après le repas : la tension était palpable lorsqu’on guettait le numéro suivant annoncé par Isabelle, dans l’espoir de terminer le premier sa ligne ou son carton…

Au terme de cette belle journée, nous avons pu nous dire que l’étoile venue d’Orient brillait aussi pour nous, qu’elle s’était arrêtée au-dessus de ce nouveau temple que nous allons apprendre à aimer, au fil des dimanches et des rencontres. Elle nous rappelle que notre communauté, bien vivante et joyeuse, avance malgré les difficultés matérielles.

Car la Lumière de Noël éclaire toutes les obscurités.

Mathieu Zuber

Photos >>>

snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake snowflake