Prière d’intercession du 15 nov 2015

Partager sur :

Le 13 novembre 2015 plusieurs attentats terroristes touchaient Paris et St Denis.
Au culte de prière du dimanche 15 novembre, nous avons prié avec Mathieu Zuber.

Oh Seigneur, entends notre prière, imprégnée des évènements tragiques que nous venons de vivre.
Qu’il est difficile, ô notre Dieu, de fermer les yeux pour te prier sans revoir immédiatement tous ces jeunes visages fauchés par la folie des hommes, tout près de nous, là où nous nous promenons. Tous ces étudiants plein d’avenir, ces hommes pleins de projets, ces mères de famille… et ces familles endeuillées, nous les remettons entre tes mains, Seigneur. Oui, la peine du pays est collective et nous y prenons part, comme nous prenons part à ce grand élan contre la montée de la peur, qui s’exprime partout en France.
Nous n’oublions pas, non plus, toute les souffrances nées d’autres attaques récentes, comme celle de l’avion et, avant-hier, l’attentat de Bamako.
Oh Seigneur, entends notre prière. Tournés vers toi, en tant que chrétiens il nous semble que nous avons plus de choses à dire à propos de ces attentats, au monde, à nous-mêmes, à toi.
D’abord que rien n’est plus terrible que les amalgames. Oh notre Dieu, fais taire ces voix qui osent rapprocher le terrorisme à nos portes et le drame des migrants qui fuient leurs pays en guerre. que notre générosité, notre sens de l’accueil, ne soient en rien altérés par les actions terroristes. Et puis Seigneur, nous pensons à tous les musulmans, ceux de France et d’ailleurs. Que beaucoup de voix se lèvent parmi ces frères pour expliquer ce qu’est l’islam, et que l’amour porté par cette religion soit compris et reconnu de tous nos compatriotes.
Ensuite Seigneur, nous voulons te dire qu’en tant que chrétiens nous sommes forcément interpellés par ceux qui tuent au nom de ce qu’ils appellent leur foi, qui attaquent leurs prochains qu’ils appellent des mécréants. Les siècles passés sont remplis d’hommes et de femmes certains qu’ils parlaient, eux aussi, au nom du vrai Dieu, de « leur Dieu ». Fais que l’idée s’impose selon laquelle celui qui est la porte de l’amour ne saurait être la porte de la mort. Nous te le demandons avec force : fais avancer ton Royaume.
Et puis encore, Seigneur, permets à notre cœur de s’élargir. Nous voudrions te demander de ne pas oublier ceux qui sont pointés du doigt, ces kamikazes, ces terroristes, lorsque tu accueilles auprès de toi les victimes de ces tragédies. Ce sont des enfants, Seigneur, embrigadés, drogués, fanatisés. Que nous n’oubliions pas, et toi Seigneur ne l’oublie pas dans ta grande compassion, ce qu’ils ont été : des ados en manque d’affection et de reconnaissance.
Oui Seigneur, laisse notre humanité devenir plus collective. A Auschwitz, certains juifs ont su te demander de ne pas oublier leurs bourreaux, ces hommes qui par leurs exactions ont fait se lever tant de comportements héroïques. Ceux qui allaient mourir ont demandé que tous ces comportements héroïques soient mis au crédit de ceux-là même qui étaient chargés de semer la mort… Ainsi Seigneur, que ton jugement sur les jeunes hommes et femmes fanatisés d’aujourd’hui prenne en compte la compassion, tous ces actes de solidarité qui sont nés dans notre pays et partout dans le monde depuis ces terribles attaques. Que tous ces actes d’humanité puissent participer à la rédemption de ceux qui ne l’ont pas comprise.

Oh Seigneur, entends notre prière. Rends-nous particulièrement sensibles à toutes les actions qui, dans certains quartiers dits difficiles, cherchent à lutter contre l’isolement, la pauvreté, la délinquance. Multiplie les initiatives, le nombre d’hommes et de femmes prêts à aller à la rencontre des autres. Que de la solidarité née d’attentats monte une véritable solidarité de société, où la mixité sociale ne serait pas uniquement un slogan politique.
Et puis, oh notre Dieu, nous te prions, en ces temps de grande tension, pour les forces de l’ordre de notre pays si sollicitées, et pour leurs familles forcément inquiètes. Nous te prions pour ceux qui doivent décider, Seigneur, et particulièrement pour notre gouvernement, afin que les décisions les plus judicieuses, ô combien délicates, soient prises pour le bien de tous. Oh Seigneur, entends notre prière.
Au-delà des attentats, nous te prions pour ceux qui souffrent dans le monde. Nous te prions pour notre église, afin qu’elle soit plus solidaire que jamais. Nous te prions pour nos plus proches : nous te recommandons nos enfants, nos conjoints, nos amis. Garde-les sous ton aile. Renforce tous les jeunes qui nous entourent dans l’envie d’une vie partagée, d’ouverture. Aide-les à acquérir une véritable vie intérieure, celle qui permet de soupeser, de résister, de décider. Celle qui donne de la mémoire. Celle qui, au bout du compte, rend libre.
Oh Seigneur, entends pour finir notre prière pour nous-mêmes. Nous te remettons notre foi. Ne permets pas à la flamme de s’éteindre, et lorsqu’elle vacille, qu’il se trouve un frère ou une sœur pour rajouter 2 ou 3 brindilles et permettre la reprise d’un feu de joie.
Oui Seigneur, aide-nous par nos paroles et par nos actes à faire avancer ton Royaume.
Que la paix, Ta Paix, vienne sur le monde, l’enrobe et lui rappelle combien il est doux de s’en remettre à toi.
Amen.

Intercession_nov_2015-2