Sur les traces des persécutés pour la foi.

Partager sur :

Il y a longtemps que j’avais envie de participer à L’Assemblée du Désert. Je pense qu’on ne peut pas être protestant en France sans aller dans les Cévennes, le berceau du protestantisme français. Alors, cette année avec Louise, nous nous sommes inscrites auprès de la paroisse de Charenton qui organisait un séjour de groupe.

Samedi 3 septembre, 9 heures. Départ pour Nîmes en TGV avec une quinzaine de paroissiens de Charenton, dont Nanou Guichard la présidente du C.P., Jonas notre accompagnateur de tous les instants et Jean-Christophe Perrin le pasteur de Charenton.

Arrivés à Nîmes à 14h, nous sommes accueillis comme des princes par le pasteur Jean-Christophe Muller à la Maison du Protestantisme. Après un café et le dépôt des bagages, il nous entraîne à la découverte des sites historiques du protestantisme nîmois. Que d’émotion à voir autant de lieux protestants en une seule ville !surlestraces0

Retour en gare où nous est réservé un compartiment dans le TER de 18h11 à destination d’Alès. Une petite demi-heure plus tard, sur le quai de la gare, les paroissiens d’Alès nous font un accueil monumental ! Chacun brandit la pancarte où sont inscrits le ou les noms des personnes qu’il hébergera pour la nuit. C’est un moment d’émotion magnifique inoubliable. On s’embrassait, on louait et rendait grâce à Dieu. Un festin nous attendait à la Maison du Protestantisme. Et c’est seulement à 22 heures après avoir mangé, bu et dansé dans une ambiance extraordinaire que chacun repart avec ses hôtes. Pour Louise et moi, ce sera Rodika, roumaine, et son mari Henk, hollandais. Comment vous dire la magie du temps passé avec eux, la fête, le plaisir d’écouter leur histoire ?!

sur-les-traces1Levée à 6h le lendemain matin, Louise me rejoint dans ma chambre pour la prière avant que nous retrouvions nos hôtes pour le petit-déjeuner. Et c’est avec un sac glacière garni d’un copieux pique-nique préparé par Rodika que nos hôtes nous accompagnent au car pour Mialet où nous retrouvons le groupe. Jusqu’au bout ils auront pris soin de nous avec une tendresse fraternelle.

Nous passons la journée au Désert sous le chêne n° 51 réservé à notre groupe. Une journée encore pleine d’émotion. Culte avec Sainte Cène et baptêmes, présidé par le pasteur Alain Arnoux, sur le thème des « Réfugiés de la Révocation » à partir de la lecture de Mt 10, 24-33 et du Ps 124. L’après-midi, allocutions historiques de Pierre-Olivier Léchot et Patrick Cabanel, et témoignages de Georgina et Antoine Dufoix. Puis visite du musée du Désert, là où vécut Rolland, célèbre chef Camisard qui au nom de la liberté de conscience dirigea la résistance des Huguenots aux armées de Louis XIV.

Pendant deux jours, j’ai marché sur les traces des persécutés pour leur foi. J’ai pu toucher du doigt la réalité de ce que les livres me disaient. J’en reste étonnée, frappée, émue. Les Cévennes, ça ne se raconte pas. Il faut voir et vivre ça.

Emma.