Vous avez dit péché? (4)

Partager sur :

Vous avez dit péché ?

Pour le 4ème cours public d’initiation à la théologie protestante, Anna van den Kerchove, professeur d’histoire à l’Institut européen en sciences des religions est intervenue sur : « La notion de péché chez les premiers auteurs chrétiens ».
Le péché des origines et le péché originel.
Comment la faute primitive d’Adam finit-elle par s’inscrire dans la nature même de l’homme ? Comment le péché des origines devient-il péché originel?
Au IIème siècle on ne se pose jamais la question de la nature du péché d’Adam et Eve. Ce qui compte pour les premiers chrétiens c’est de savoir qui est Jésus, qui est le Christ, est-ce que le Dieu des textes juifs est le même que celui dont Jésus dit qu’il est son père ? Et c’est toujours par rapport à ces questions qu’ils s’interrogent sur Adam et Eve, jamais sur la faute elle-même.
Ainsi, pour Irénée de Lyon (1ère moitié du IIe s. – début IIIe s.), par sa crucifixion Jésus a réparé la faute d’Adam et remis les péchés en obéissant à Dieu. Clément d’Alexandrie (150 – 220) puis Origène (185 – 253) soutiennent que la mort naturelle n’est pas liée au péché mais que le fait de vivre dans le péché c’est la mort de l’âme.
Augustin et la volonté libre de l’homme.
C’est avec Augustin (354 – 430) que la question de la transmission du péché émerge – sans qu’il en soit pour autant l’auteur.
Le péché (iniquitas), dit-il en substance, est une perversité de la volonté humaine : l’homme se tourne délibérément vers le mal et s’éloigne de Dieu. En cela il reproduit la faute d’Adam et Eve qui se sont détournés du Bien.
Mais si la volonté de l’homme est libre, qu’en est-il de la grâce de Dieu ? Augustin introduit une distinction entre les péchés concrets susceptibles d’être évités grâce à la volonté, et le péché qu’il dit originel parce qu’inscrit dans la nature humaine comme aptitude à faire le mal. Toutefois, ce péché ne devient effectif que si l’homme agit mal -à l’image d’un gène qui ne devient actif que dans certaines circonstances. Seule la grâce de Dieu peut aider la volonté de l’homme à ne pas pécher concrètement.
L’importance du baptême.
Dans ce contexte, le baptême prend chez Augustin une signification autrement plus importante que l’entrée dans la communauté des chrétiens : il enlève une part du péché originel inscrit dans notre corps. Dire aussi clairement que le baptême lave du péché va devenir une dimension déterminante de la pensée d’Augustin. On ne naît pas chrétien, on le devient. Vivre en Christ c’est vivre loin du péché.
C’est plus tard que l’Eglise d’Occident détournera le sens donné par Augustin au péché originel pour en faire le mal absolu….
Une petite devinette pour finir : d’ou vient qu’on désigne la pomme comme le fruit défendu dans la Genèse ? Réponse dans le prochain numéro où il sera question des « figures sociales de la misère morale », sujet du cours donné par Marc Boss le 11 avril 2015.

Joëlle Plantier